Écrire... pour quoi ?

Publié le par Quelles Nouvelles ?


© Quelles Nouvelles


Écrire pour faire reculer les ombres, les tenir à distance, les apprivoiser peut-être ? Museler ses doutes, ses inquiétudes, ses angoisses. Écrire pour éviter de penser, pour occuper ses mains qui courent sur le clavier, pour faire tourner les aiguilles de l’horloge en accéléré. Dans l’espoir fou que l’aube, touchée, se lèvera plus vite.

Écrire pour respirer un air plus pur, rendre le quotidien supportable, oublier la bêtise des hommes, sa propre bêtise.

Écrire pour repousser les limites du possible, réécrire le passé, faire douter la mort. Rendre caduques tous les livres d’histoire, raboter le nez de Cléopâtre, changer la face du monde.

S’exiler. S’oublier pour mieux revenir à soi. Se réinventer une mémoire.

Se tromper encore et encore. Faire mentir la vérité. Polir les mensonges et les déposer sur la page, comme on abandonne des galets lisses au courant.

Faire les quatre cent coups, chercher midi à quatorze heures. Se découvrir mille vies, biographies imaginaires de celui qu’on n’a jamais été, qu’on ne sera jamais, des amours à la pelle aussi.

Enfin, enfin ! braquer une banque, voler avec la cape de Superman, faire grimper Marilyn Monroe aux rideaux, démasquer Jack l’étrangleur, passer à travers les murs sans marteau-piqueur, remonter le cours du temps et se téléporter ici ou ailleurs. Mourir cent fois, être passé au fil de l’épée, pendu, écartelé, écorché vif, fusillé, décapité, et renaître de ses cendres sans une égratignure.

Être tout le monde et personne à la fois. Avoir à nouveau dix ans et construire des cabanes.

Être aimé, adoré même, porté aux nues ou jalousé, méprisé et conspué, mais provoquer des émotions fortes, susciter des sentiments contradictoires, surtout ne pas laisser indifférent, souffler le chaud et le froid mais jamais le tiède.

Faire dire aux mots ce qu’on veut, les malaxer, les triturer, les torturer. Les étirer, les déformer, les réduire en bouillie. Ruer dans les brancards, chambouler la grammaire, bousculer la syntaxe.

Faire pâlir de jalousie ses rêves.

Se prendre pour Dieu et façonner l’homme à son image, empêcher Jésus de monter sur la croix et de devenir le Christ, créer une nouvelle religion, puis éteindre les étoiles, les galaxies pour faire des économies d’énergie, faire imploser l’univers par la force de sa pensée.

Publié dans Dans mes tiroirs

Commenter cet article

mo 08/07/2008 12:07

Ecrire pour rien
Ecrire pour rire
De tout et de rien
Pour faire sourire
Ou hurler de rire
Pour barbouiller
le ciel de bleu
la vie en rose
écrire pour donner
enfin recevoir
écrire pour fêter la moindre victoire
se laisser caresser, apaiser
se laisser bercer
par des mots doux
écrire des murmures
des mots fous
écrire des fous rires
des histoires de fous.

Quelles Nouvelles ? 10/08/2008 17:08


Merci pour ces jolis mots déposés sur mon blog !

Au plaisir de t'y revoir !