Vers une nouvelle tour de Babel ?

Publié le par Quelles Nouvelles ?


L'Europe sera-t-elle bientôt victime d'une nouvelle confusion des langues ?
Toujours est-il que l'Union vient de prendre une décision incompréhensible, lourde de conséquences pour la culture européenne.

Vous trouverez ci-dessous un important communiqué du CEATL, Conseil Européen des Associations de Traducteurs Littéraires, qui réagit à cette nouvelle alarmante.

Merci de le diffuser et de le faire publier aussi largement que possible.












Fenêtre ocre sur noir, Antoni Tàpies
1981, acrylique, vernis et mine de plomb
sur papier, 63,5 x 49,5 cm, Coll. Mam Céret





LA CULTURE EUROPÉENNE, COUVRE-LIVRE SANS LIVRE ?

L’Union Européenne laisse tomber les traducteurs littéraires


L’Union Européenne (budget de traduction interne estimé à un milliard d’euros) a décidé de couper les subsides aux collèges de traduction, maisons permettant aux traducteurs littéraires de séjourner dans les pays de leurs auteurs, d’approfondir leurs connaissances de la langue et de la culture, de participer à des projets de formation continue, ou tout simplement de se concentrer sans autres soucis sur leur travail extrêmement exigeant. Rappelons que, dans son programme « Culture 2007-2013 », l’Union dispose d’un budget annuel de plus de 400 millions d’euros pour la culture, qu’elle donne surtout aux grands projets culturels comme les productions de cinéma.


Le Conseil Européen des Associations de Traducteurs Littéraires (CEATL) est outré par cette décision qui est en contradiction flagrante avec l’idée même de l’Europe, entité multilingue et multiculturelle où le travail des traducteurs littéraires est à la base de toute compréhension mutuelle, non seulement dans les belles lettres mais dans la philosophie, les sciences, les beaux-arts, le cinéma et le théâtre.


C’est toujours la même Union Européenne qui a proclamé 2008 « année du dialogue interculturel » et qui consacrera un grand symposium à la traduction littéraire comme manifestation privilégiée de ce dialogue début 2009. Le CEATL insiste sur le fait que les Collèges internationaux des traducteurs littéraires – Écoles de Tolède des temps modernes, inventés il y a trente ans par Elmar Tophoven, l’un des plus grands traducteurs de Samuel Beckett – sont les noyaux concrets du dialogue interculturel et par là méritent, en tant que vecteurs par excellence de la culture européenne, l’aide inconditionnelle et structurelle de l’Union Européenne. Sinon l’idée même de culture européenne et de dialogue interculturel n’est qu’un couvre-livre sans livre.



Pour plus de renseignements, contacter :

la présidente d'ATLAS (CITL d'Arles) : Hélène Henry-Safier hhs@wanadoo.fr
la présidence du CEATL : Ros Schwartz
schwartz@btinternet.com
le président de l'ATLF : Olivier Mannoni
olivier.mannoni@wanadoo.fr

 

* On pourra également lire "L'Europe prend une décision intraduisible" sur le blog de Pierre Assouline.

Publié dans Humeurs

Commenter cet article

Daniel Fattore 06/08/2008 23:34

J'ai lu cette affaire. Vu de loin, c'est franchement navrant. Grmbl!

Quelles Nouvelles ? 10/08/2008 17:09


Oui, une nouvelle illustration du fameux "Faites ce que je dis, pas ce que je fais" !

Pour voir à quoi ressemble le commissaire européen à la Culture, Culture avec un grand C, et lire son laïus sur le multilinguisme :
http://ec.europa.eu/commission_barroso/orban/index_fr.htm