Été indien

Publié le par Quelles Nouvelles ?

©Yiorgos Kordakis

Retrouvez la magie de l'été avec "Global Summer", première exposition en France d'un jeune photographe grec de talent, Yiorgos Kordakis.

Pris dans des régions du monde aussi différentes que les États-Unis, l'Inde ou l'Europe, ces instantanés sont nés de son désir de rendre compte du rapport de l'homme à l'eau - mers, lacs, rivières ou piscines.

Yiorgos Kordakis nous dévoile sa vision de la mondialisation. Sous le soleil, tous les corps se ressemblent, tous les hommes ont les mêmes besoins... mais les comportements, eux, sont étroitement liés à l'endroit géographique et au milieu dans lequel nous évoluons.

Plus qu'un simple moment de relaxation, une simple source d'amusement, la plage en dit long sur notre nature profonde.

Particularité de l'artiste ? Il prend des Polaroïds qui sont ensuite scannés, agrandis et tirés sur une imprimante à jet d'encre.

[Texte librement adapté de la note d'intention publiée par la galerie]

Mes impressions

Les contours s'estompent, les couleurs se fondent les unes dans les autres, le flou gagne du terrain sur le net. Face à cette évanescence surréaliste, cette irréalité brumeuse, le spectateur impuissant se sent progressivement aspiré, pieds et mains liés par un songe d'été qu'il voudrait sans fin.

Le monde s'éloigne sur la pointe des pieds, le temps s'éclipse.

Loin d'être figés, ces instantanés renferment tout un univers d'histoires qui ne demandent qu'à être inventées...


Une trentaine des photographies de la série "Global Summer" sont exposées à Paris jusqu'au 04 octobre.

Karsten Greve Gallery
5, rue Debelleyme
75 003 Paris
01.42.77.19.37
Du mardi au samedi / De 11 h à 19 h

©Yiorgos Kordakis

* À découvrir également sur le site du photographe, la série baptisée "Urban", des instantanés souvent saturés ou surexposés.

Publié dans Bonnes nouvelles !

Commenter cet article

Sabine 16/09/2008 11:59

Et entre les mains de gens comme Yiorgos Kordakis...

Je n'en ai jamais fait, mais j'imagine que ça doit réellement donner l'impression de saisir l'instant, de le figer.

Et le temps suspendu avant que ça soit définitivement sec...

Tu en as un, toi ?

Magda 16/09/2008 01:37

Magique, ces photos... j'adore les Polaroïds. La triste nouvelle, c'est qu'on en trouvera plus que dans les brocantes bientôt...