Les Parallélépipèdes

Publié le par Quelles Nouvelles ?

 

Les Parallélépipèdes

 

Quelque part sur cette terre – en un lieu équidistant de nos villes par rapport à une ligne de symétrie qui reste à définir –, vit un peuple étrange, le peuple des Parallélépipèdes.

 

vcm_s_kf_repr_832x624.jpg

 

Les Parallélépipèdes font tout comme nous, mais à l’envers.

 

Ils boivent dans des verres vides, dorment dans des lits soudés au plafond, se rendent à leur travail à reculons. Les Parallélépipèdes portent leurs vêtements coutures et étiquettes en dehors. Leurs montres tournent à rebours, leurs mers se jettent dans leurs fleuves, qui à leur tour se jettent dans leurs rivières.

 

À moins que ce ne soit l’inverse.

 

Au pays des Parallélépipèdes, les chiens attendent patiemment près des réverbères, tête en bas, que leur maître ait terminé sa petite affaire. Les enfants tirent les oreilles des parents et, quand on sourit en recollant des assiettes avec de la Super Glu, le soir dans les cuisines, c’est qu’on est très, très en colère.

 

À moins que ce ne soit l’inverse.

 

Si un Parallélépipède devait lire ces quelques lignes, il se gratterait probablement les pieds, l’air perplexe. Puis il retournerait la feuille, et tout deviendrait limpide.

 

Publié dans Dans mes tiroirs

Commenter cet article

Claude 24/09/2010 18:12


La dimension d'un monde inversée est originale si l'on pousse la réflexion. J'ai toujours imaginé que la mort pouvait être la naissance et la naissance la mort, mais le génie de notre auteur ici,
c'est de nous permettre d'affronter, ce que nous ne sommes et ne seront jamais. Boire dans des verres vides, peut-être d'ailleurs pourrions-nous imaginer d'éprouver de la non-soif et de la
non-faim. D'ailleurs, on peut voir derrière ces allégories, une forme "renversante" de la perception humaine, puisque rien ne nous interdit de penser que le monde que nous percevons, n'est autre
que celui que nous croyons percevoir... J'aime beaucoup ce travail, je crois en connaître l'auteur, bien que rien ne me dise qu'il s'agit de Sabine et je regrette qu'elle ne nous le dise pas.
j'aime et pour moi, c'est original ! Car l'originalité se trouve toujours derrière ce que l'on projette et jamais derrière ce que l'autre voudrait que l'on découvre... dur ? Non, ... logique.
Amitiés à tous.
Je note que le système ne reconnaît pas mon url : alors, je la répète ici : http://www.claudecognard.fr


albin 13/06/2010 16:09


Bien que confondant ne pas confondre avec le Parallélébipède et le Pèrependuparlapoduculaire.


Quelles Nouvelles ? 13/06/2010 17:21



:-P


J'ai hésité entre Parallélépipède et Parallélébipède, justement ;-)


Quant au Pèrependuparlapoduculaire, c'est une autre histoire que tu nous racontes quand tu veux !



arf 13/06/2010 14:26


héhé! Très marrant et confondant ! :)


Quelles Nouvelles ? 13/06/2010 17:18



Bien que l'idée ne soit pas révolutionnaire, elle mériterait d'être développée, je crois. Je l'ai eue hier en regardant deux morceaux de gouda en forme de triangle isocèle (ma mère soutenait que
c'étaient des triangles rectangles ;-).



Manu 13/06/2010 10:38


Il n'y a aucune différence entre un parallélépipède et un humain. À moins que ce ne soit l'inverse.


Quelles Nouvelles ? 13/06/2010 17:13



Nous ne voyons pas d'autre explication.